L’ancien président de la République du Sénégal a lancé sa campagne pour un candidat fantôme. Maître Abdoulaye Wade a décidé de verser dans la menace et le sabotage pour expulser Macky Sall hors du palais.

Il a fini par convaincre tout le monde par son efficacité en politique. Sa persévérence, sa longivité, et son esprit éclairé, dans le domaine et dans son parcours, ont fait de wade « l’homme le plus férus en politique au Sénégal ». Ses anciens lieutenants, à l’instar de l’actuel président de la République, celui qui l’a remplacé au siège du palais, Idrissa Seck, son ancien ministre d’Etat et directeur de campagne, Maître Madické Niang, son homme de confiance depuis toujours et ses adversaires, l’ont souvent chanté.

Au crépuscule de sa vie politique, l’on s’attendait à ce que Wade range des armes, se retranche dans une retraite paisible, et prie pour la réussite de ses jeunes apprentis poltiques. Ce, conformément à la tradition de son pays, le Sénégal. Cette nation qui lui a tout donné.

Mais, aujourd’hui, Abdoulaye Wade n’est pas décidé à lacher du lest. Son ambition la plus folle en tant qu’ancien président de la République est de voir son fils briguer les destinés du Sénégal. Ses stratégies politiques et administratifs ont échoué. Maintenant, il lui reste à soufller le vent du sabotage: organiser des marches, tenir des meetings, bref, battre campagne, pour un candidat fantôme; étant donné que le PDS n’a pas de plan B. Car, lui n’est convaincu par la démarche du dissident Madické. Aussi, il ne songe pas à soutenir le président sortant, le bourreau de son fils exilé. Peut-être que le paradoxe voudrait qu’il soit partisant d’Idy. On verra.

A la surprise générale, le président Wade appelle au boycotte des élections. Ce que Helène Tine conteste: « Wade ne peut pas appeler au boycotte. Il doit se rappeler du syndrome de 2007 ». Là, il débarque et décide de saboter en proférant des menaces et demandant au peuple sénégalais de « brûler leur carte d’électeur ». Le prétexte, selon le calot bleu en chef, un processus électoral défaillant. Le Pape du sopi, pour mieux impacter par son influence, prédit « l’incarcération du benjamain des 5 candidats, Ousmane Sonko; si Macky gagne les élections présidentielles du 24 février 2019 ». Maître Wade en veut pour preuve, la « mise en branle d’une commission d’enquête à l’assemblée nationale sur l’affaire des 94 milliards ».

En tout cas le peuple ne peut pas cautionner ces éxactions du prédécesseur du président Sall. Car, ce souhait de Wade n’est pas élégant pour celui qui a présidé le Sénégal, 12 ans durant.

Similar Posts