Imbu d’une forte mobilisation drainée dans son fief, son bation politique, Thiès, Idrissa Seck a exhibé les tares du gouvernement sortant. Non sans dénoncer « l’accaparrement de l’économie du pays par le président de la République, pour sa dynastie faye-sall. »

« Etre président de la république du Sénégal, exige de la hauteur, de la sagesse, de la bonté  envers les populations. On ne dirige pas un peuple comme le sénégal par la force et le « Niangal ». Ces propos du président de la coalition Idy 2019, réconfortent son constat sur la manière dont le président sortant gène le pays.

         Idrissa Seck estime « qu’on dirige un pays par la culture, la miséricorde, la générosité et par la capacité de pardonner. »

Il fulmine: « En attaquant aussi sauvagement qu’il a fait, le président Abdoulaye Wade qui lui a tout donné, il a manqué de comprendre que le peuple sénégalais ne tolère pas qu’on touche à ses symboles. En attanquant judiciairement ses adversaires, il n’a pas compris que le peuple sénégalais ne tolère pas l’injustice ».

Dans un autre registre, le rewmiste en chef de souligner également « la mise à genoux de notre système éducatif, notre système de santé, mais aussi l’accaparrement de l’économie du pays par le président de la République Macky Sall, pour sa dynastie faye-sall. » Sur ce, Idy indique que le président sortant « n’a pas compris que le peuple sénégalais ne tolère pas que le dirigeant s’occupe de lui même plus que les préoccupation des populations ».

« La première économie budgetaire que nous devons faire, sera d’éviter au Sénégal le gaspiller son argent dans l’organisation d’un deuxième tour, parce que le peuple peut résoudre le problème dés le 24 février 2019 », termine Idrissa Seck.

Similar Posts